Asphalte Café - Le blog d'Asphalte Éditions

Mot-clé - guillermo saccomanno

Fil des billets

01sept. 2015

Basse saison : que deviennent les stations balnéaires quand partent les touristes ?

C'est la rentrée chez Asphalte ! L'été se termine, que vienne le règne de la basse saison...

Notre titre de septembre se distingue du reste de notre catalogue par son aspect même : près de 600 pages, un format plus grand que de coutume, une maquette différente... Nous avons voulu offrir à ce roman hors normes un digne écrin !

Basse Saison est le portrait surprenant et audacieux d'une station balnéaire de la côte atlantique argentine, Villa Gesell, durant les mois creux. Une fois les visiteurs retournés chez eux, que se passe-t-il dans cette ville balayée par le vent ? Récit choral soutenu par les voix de l'ensemble des habitants, Basse Saison impressionne par son atmosphère à la Twin Peaks et son écriture ciselée. Rumeurs, surveillances, faits divers, corruption et emballement médiatique sont au programme...

Fais attention. Ici, il y a toujours quelqu’un qui te regarde. Cette persienne-ci s’est relevée de quelques centimètres, ce rideau a bougé, quelqu’un guette derrière cette haie. Tu es surveillé. Toujours. Et de la même manière qu’on t’observe, toi, sans que tu le saches, bientôt tu commenceras à nous observer. Mais ne va répéter à personne que je te l’ai dit. À personne.

 

De Guillermo Saccomanno, grand monsieur des lettres argentines, nous avions publié en 2012 L'Employé, traduit comme Basse saison par Michèle Guillemont. À l'occasion de cette nouvelle parution, l'auteur est de passage en France du 18 septembre au 3 octobre. Voici toutes les occasion de le rencontrer...

18-20 septembre: Besançon

Festival Les Mots Doubs.
À ne pas manquer, le samedi 19 septembre à 18h00, table ronde "Du monde entier" avec Miguel Bonnefoy, Pierre Deram, Guillermo Saccomanno et Sigolène Vinson.
Pour les dédicaces, retrouvez Guillermo Saccomanno sur le stand de la librairie Forum.

24 septembre : Paris

Présentation du livre Amor Invertido, écrit à quatre mains par Guillermo Saccomanno et Fernanda Garcia Lao, à l'Ambassade argentine à Paris.
Discussion avec les deux auteurs et leurs traductrices, Michèle Guillemont et Isabel Gugnon.
Rendez-vous à 18h30 à l'Ambassade, 6 rue Cimarosa, Paris 16.

26-27 septembre: Lisle-sur-Tarn

Festival Lisle Noir organisé par l'association Polars sur Garonne.
Rencontre avec Guillermo Saccomanno le samedi 26 septembre à 17 h 30 à l'office du tourisme de Lisle-sur-Tarn. Rencontre animée par Céline Fion.

30 septembre: Paris

Rencontre exceptionnelle à la librairie Le Comptoir des mots (Paris 20) animée par Philippe Guazzo.
Rendez-vous à partir de 20 heures au Comptoir des mots, 239 rue des Pyrénées.
Page Facebook de l'événement.


2 octobre: Lille

Après-midi :
Conférence "Journalisme narratif et créations artistiques", avec Guillermo Saccomanno, animée par Michèle Guillemont.
Rendez-vous à 14 heures à la Maison européenne des sciences de l'Homme, 2 rue des Canonniers.

Soir :
Rencontre bilingue à la Librairie VO, animée par Juan Carlos Mondragón.
Rendez-vous à partir de 19 heures à la librairie VO, 53 rue du Molinel.
Page Facebook de l'événement.

3 octobre: Paris

Rencontre bilingue à la nouvelle librairie Cien Fuegos (Paris 11) avec Guillermo Saccomanno et Fernanda Garcia Lao.
Rendez-vous à partir de 19 heures à Cien Fuegos, 4 rue de la Forge royale, Paris 11.

14mar. 2014

Leandro Ávalos Blacha et Guillermo Saccomanno au Salon du Livre de Paris

logoDeux auteurs Asphalte, Leandro Ávalos Blacha et Guillermo Saccomanno, sont invités officiels au Salon du Livre de Paris, l’Argentine étant le pays à l’honneur cette année.

Leandro Ávalos Blacha appartient à la nouvelle génération d’auteurs argentins. C’est le plus jeune auteur de la délégation argentine. Il a publié chez Asphalte le roman déjanté mettant en scène zombies et pingouins Berazachussetts en 2011, et plus récemment, en 2013, Côté cour, roman à la forme atypique situé dans un quartier surplombé par une inquiétante antenne téléphonique.

Guillermo Saccomanno, lui, est un auteur connu et installé en Argentine. Asphalte a publié son roman L’Employé en 2012, une dystopie sur fond de ville sans nom arrosée par des pluies acides, surveillée par des hélicoptères et peuplée de chiens clonés.

Voilà les tables rondes où vous pourrez retrouver nos auteurs :

 

Vendredi 21 Mars

De 17 h à 18 h 30 - Stand Argentine (L64) - “Littérature émergente”

Avec Leandro Ávalos Blacha, Miguel Vitagliano, Selva Almada, Samanta Schweblin.
Conférence suivie d’une heure de dédicaces sur le stand Argentine (L64).

De 18 h à 20 h - Amphithéâtre du CNL (N80) - “Des bulles et des hommes”

Avec José Muñoz, Juan Sasturain, Guillermo Saccomanno, Charles Berbérian, Etienne Davodeau.

 

Samedi 22 Mars

De 11 h à 12 h - Amphithéâtre du CNL (N80) - “Les lumières de la ville”

Avec Vicente Battista, Guillermo Saccomanno, Alicia Dujovne Ortiz, Claudia Piñeiro, Elsa Osorio, Guillermo Martínez,  François Chaslin.
Conférence suivie d’une heure de dédicaces sur le stand Argentine (L64).

De 14 h à 15 h 30 - Salon littéraire du CNL (N80) - “La littérature des marges”

Avec Sergio Bizzio, Guillermo Saccomanno, Jorge Consiglio, Leandro Ávalos Blacha, Claro.
Conférence suivie d’une heure de dédicaces sur le stand Argentine (L64).

16h30 - Stand Gallimard (J80)

Dédicaces de Leandro Avalos Blacha pour Berazachussetts.

 

Lundi 24 Mars

De 17 h 30 à 19 h - Stand de l’Argentine (L64) - Les Malouines dans la littérature

Avec Daniel Filmus, Liliana Bodoc, Guillermo Saccomanno, Hernán Brienza, Mempo Giardinelli.

 

Et rendez-vous également, bien sûr, sur le stand d’Asphalte en D80, pour découvrir nos tout nouveaux catalogues 2014 et l’intégralité de nos parutions !

11mar. 2014

Guillermo Saccomanno à Lille les 18 et 19 mars

Avant de participer au Salon du Livre de Paris, Guillermo Saccomanno sera de passage à Lille. Plusieurs occasions se présenteront pour rencontrer l’auteur de L’Employé, ainsi que sa traductrice Michèle Guillemont :

  • MARDI 18 MARS À 16 HEURES : CAFÉ LITTÉRAIRE, HOMMAGE À JUAN GELMAN

En présence des écrivains argentins Horacio González, Luis Chitarroni, Guillermo Saccomanno, Fernanda García Lao et du dessinateur Rep.
Accompagnement musical par le bandéoniste César Stroscio.
Lieu : Université Lille 3, Bibliothèque universitaire centrale, rez-de-chaussée.
Transport : Pont de Bois

  • MARDI 18 MARS À 18 HEURES 30 : RENCONTRE-DÉDICACE À LA LIBRAIRIE VO

Avec les écrivains argentins Fernanda Garcia Lao et Guillermo Saccomanno. Rencontre animée par Michèle Guillemont et Juan Carlos Mondragon.
Lieu : Librairie internationale VO, 36 rue de Tournai.
Transport : Lille Flandres / Mairie de Lille.

  • MERCREDI 19 MARS : JOURNÉE D’ÉTUDES “L’ARGENTINE DEPUIS LA CRISE DE 2001 : RÉFLEXIONS CROISÉES”

Programme complet de la journée d’études : http://tinyurl.com/lozczbk
Journée organisée par Michèle Guillemont.
Lieu : Université Lille 3, Maison de la Recherche.
Transport : Pont de Bois

Venez nombreux !

photo  couv

04déc. 2012

Le meilleur de ce qui a été dit sur L'Employé, de Saccomanno

Paru depuis un petit mois, L’Employé bénéficie d’un bon accueil de la part de la presse, des blogueurs et des libraires. Merci à tous de soutenir ce roman. Petit florilège !

  • « Les hélicoptères, c’est le Vietnam, c’est la Palestine et puis aussi la dernière dictature militaire argentine. Des insectes métalliques, me semble-t-il. Leur proximité seule, dans une ville, me renvoie à ces situations. Dans le cas dans mon roman, ils sont aussi un signe de modernité gothique. » Guillermo Saccomanno interviewé par Bernard Strainchamp, Feedbooks.
  • « Etonnant et oppressant. » Alexandre Fillon, Livres Hebdo, 2 novembre 2012.
  • « Une belle découverte. Je recommande vivement ! » Nikola Delescluse, Radio Campus Lille, émission Paludes
  • « Si de Kafka il s’agit, c’est donc d’un Kafka sci-fi low-tech. » Yann Suty, pour La Cause Littéraire.
  • « Et c’est peut-être qu’il faut aller puiser dans le nihilisme de la littérature russe pour comprendre ce roman argentin. » Julien Védrenne pour k-libre.fr
  • « Nouvelle bombe d’asphalte, ça sent le soufre dès l’ouverture des pages. »  The Boss pour Unwalkers.
  • « Le portrait terrifiant d’un meurtrier versatile et ordinaire, autrefois médiocre employé aux écritures, à la recherche de sa lumière. » Yvan pour Le Vent sombre.
  • « Un roman étrange dont il est difficile de sortir sans qu’une petite partie de nous y soit encore. » Les Voltés anonymes.
  • « L’employé est un beau roman noir, une dystopie réussie car elle évite l’écueil d’une moralisation outrancière et allie avec finesse une froideur clinique et la force d’une écriture dont la simplicité sans doute très travaillée, confère au texte une certaine aura poétique. » Yan Lespoux, Encore du Noir,
  • « Une société dérangeante où toutes nos valeurs fondamentales sont inversées, une écriture sèche voire analytique, voilà le sentiment d’oppression qui se dégage de ce récit dans lequel nous plonge Guillermo Saccamanno. » Librairie 47 Degrés Nord (Mulhouse)
  • « Un beau roman, une dystopie née du terreau de la littérature argentine - la préface de Rodrigo Fresan évoque à très juste titre l’influence assumée de Philip K. Dick et de Roberto Arlt. » Anne-Françoise Kavauvéa, Point d’Encrage (Lyon)
  • Coup de cœur de Philippe Guazzo, Le Comptoir des mots (Paris).
  • « Une impressionnante et sombre dystopie. » Christophe Grossi, Epagine

14nov. 2012

Nouveauté : L'Employé de Guillermo Saccomanno

Pour être écrivain, comme le disait Carver, il n’y a pas besoin d’être le mec le plus intelligent du quartier. Il suffit de savoir se situer face aux choses, face à la réalité quotidienne, avec un regard surpris.

La semaine dernière est sorti en librairie L’Employé de Guillermo Saccomanno, traduit de l’espagnol par Michèle Guillemont.

couv

Bien que sa parution soit récente, ce roman argentin commence déjà à bien faire parler de lui ! Objet d’une avant-critique d’Alexandre Fillon dans le magazine professionnel Livres Hebdo, il a aussi été découvert avec plaisir par ses premiers lecteurs.

  • « L’écriture est simple avec cette force des idées qu’elle véhicule. (…) L’homme ployé a eu le tort de vouloir se redresser, mais Guillermo Saccomanno a eu tôt faire de le réduire à néant comme si toute idée d’exister, toute idée de révolte étaient inutiles. À nous de lui donner tort. » Julien Védrenne pour le site k-libre.
  • « Le portrait terrifiant d’un meurtrier versatile et ordinaire, autrefois médiocre employé aux écritures, à la recherche de sa lumière. » Ivan pour Le Vent Sombre.
  • « Nouvelle bombe d’asphalte, ça sent le soufre dès l’ouverture des pages. » Unwalkers.

Pour se mettre en appétit, vous pouvez lire la préface inédite à l’édition française, écrite par Rodrigo Fresán, ou bien cette interview de l’auteur sur le site Feedbooks. Nous en profitons pour signaler que L’Employé est également disponible au format numérique !

En attendant, laissez-vous emporter par la playlist de L’Employé, une bande originale plutôt orientée jazz/classique qui colle parfaitement à l’atmosphère du roman…